Jetzt im Kino
Player laden ...

Le cas Seidl (edition française)

Un couple de frères dans l'œil du cyclone

C'est un provocateur, doté d'un flair certain pour les sujets irritants de notre époque. Le réalisateur autrichien Ulrich Seidl a toujours été une épine dans le pied du cinéma feutré et pourtant, son film actuel «Rimini» est présenté au Festival du film de Zurich. Mais c'est son film «Sparta», dont la première a eu lieu presque simultanément au San Sebastián International Film Festival, qui a déclenché la controverse. Geri Krebs a vu les deux films et prend position.

Rimini | Synopsis

Rimini, en hiver. Constamment ivre et dépendant au jeu, Richie Bravo, chanteur de variétés autrefois encensé, tente de retrouver sa gloire passée. Pour financer sa vie de débauche, il se produit devant des cars de touristes et se prostitue auprès de ses fans esseulées. Mais un jour, sa fille adulte se retrouve devant sa porte et lui demande de l’argent que Richie n’a pas.

Le cas Seidl

Provocateur et fin connaisseur de la nature humaine
Ulrich Seidl est un provocateur depuis plus de trente ans. L’un des points communs de tous ses films réside dans le fait que tous les protagonistes de ses fictions et documentaires ne sont justement pas sympathiques. Ni les chasseurs de gros gibier dans son dernier documentaire «Safari», ni les touristes sexuelles dans «Paradis : Amour» et encore moins les anciens nazis dans son film «Im Keller» – on n’aimerait compter aucun d’entre eux parmi ses propres amis. Mais ce qui est inquiétant, c’est que Seidl montre toujours ces contemporains désagréables comme des êtres humains et non comme des monstres. Le fait qu’il les mette à nu, un reproche qui accompagne Seidl depuis ses premiers films, est une autre histoire. Mais même les personnes mises à nu restent humaines et ne sont pas des monstres. Dans son œuvre actuelle «Sparta», Seidl a créé avec l’ingénieur Ewald, incarné par Georg Friedrich, un personnage qui, en ce qui concerne la réprobation de la société, se situe à peu près au même niveau qu’un meurtrier ou un nazi : Ewald est un homme d’une cinquantaine d’années aux tendances pédophiles. Malheureusement, en ces temps agités, il suffit que quelqu’un prononce un mot irritant comme «exploitation», «violation des limites» ou «pédophilie» pour que les vertueux et les policiers de la morale se mettent immédiatement en branle et exigent que le coupable soit sévèrement puni.

Le fer chaud de Seidl
C’est ainsi que cela fonctionne aujourd’hui, comme le fait remarquer Cyril Thurston lors de l’entretien. Le distributeur zurichois, avec sa société Xenixfilm, va prochainement sortir le film de Seidl «Rimini», qui sera présenté en avant-première suisse au ZFF, et il avait déjà sorti les films de Seidl «Tierische Liebe» et «Import Export» des années auparavant. Il n’a pas encore décidé s’il allait également intégrer «Sparta» à son line-up. Thurston connaît Seidl depuis les années 1990 et s’est intéressé très tôt à la sortie du tandem «Rimini» et «Sparta». A l’origine, le réalisateur provocateur avait prévu de raconter l’histoire des deux frères Ewald et Richie en un seul film. Les deux frères d’âge moyen s’occupent à tour de rôle de leur père dément dans une maison de retraite. Pour des raisons techniques de production, Seidl a finalement opté pour deux films fonctionnant indépendamment l’un de l’autre. Le pont entre les deux est représenté par le père atteint de démence, qui chante à certains moments des chansons nazies et qui est ici incarné avec une grande intensité par Hans-Michael Rehberg dans son tout dernier rôle au cinéma. L’acteur est décédé quelques semaines après la fin du tournage et Seidl lui dédie les deux films.

Richie à Rimini
Dans «Rimini», l’un des frères, Richie, est une star de la chanson autrefois acclamée qui, sous le nom de Richie Bravo, remplissait de grandes salles en des temps meilleurs. Aujourd’hui, cet homme obèse, alcoolique et joueur, survit en donnant des spectacles dans des hôtels bon marché. Dans la station balnéaire du nord de l’Italie qui donne son titre au film, c’est dans un établissement de ce type qu’il se produit. La ville de Rimini, enneigée en hiver, resplendit alors d’une beauté étrange. Lorsque le chanteur obèse, qui joue parfois les call-boys pour ses fans féminines vieillissantes, est surpris par sa fille adulte et aliénée, le passé le rattrape. On assiste avec plaisir, mais aussi avec pitié au fil du temps, aux ébats de ce personnage tragique – Seidl tel qu’on le connaît. Richie Bravo est incarné par l’Autrichien Michael Thomas, un acteur qui a déjà joué chez Seidl dans «Import Export» et dans «Paradis : Espoir».

Un cinéma cérébral dangereux
Au début de «Sparta», on voit brièvement les frères ensemble, en train de négocier la prise en charge de leur père. Ewald est interprété par Georg Friedrich, un acteur que l’on connaît pour l’avoir vu dans d’innombrables films allemands et autrichiens et qui a tenu des rôles importants chez Seidl dans ses longs métrages «Hundstage» et également «Import Export». La plupart du temps, Friedrich incarnait des personnages plutôt timides et impressionnants, comme dans «Sparta». Au début, il se rend en Roumanie, chez sa petite amie et dans une centrale électrique locale pour une mission. Sa petite amie veut l’épouser et, dans une scène, on les suit tous les deux à la recherche d’une robe de mariée dans un centre commercial désolant. Mais au lit, ça ne marche pas – et puis Ewald disparaît de la vie de la femme. Il se déplace en voiture, apparemment sans but, dans la province roumaine déserte de la fin de l’automne, s’arrête devant d’anciens bâtiments scolaires en ruine, interpelle des garçons qui jouent dans la rue. C’est au plus tard à ce moment-là que les reproches inavouables commencent à tourner en rond dans notre tête. Mais rien ne se passe. Ewald achète toutefois un bâtiment scolaire en ruine, l’aménage un peu et y donne des cours de judo aux enfants du village. «Io Professor Judo, gratis», radote-t-il en roumain aux parents des enfants, qui se méfient de ce que veut vraiment cet étranger. Il transforme l’école de judo en une sorte de camp romain et appelle son lieu Sparte. Oui, et quel garçon n’aime pas jouer au romain avec un casque et une épée ?

In dubio …
Ewald est désormais toujours entouré de «ses» garçons, on ne voit pas d’agressions sexuelles dans le film. Seule une scène dans laquelle l’homme adulte se tient sous la douche avec les garçons n’aurait pas été nécessaire. Alors que tous les garçons se douchent en sous-vêtements – et ne sont d’ailleurs jamais nus – Ewald est entièrement dénudé à côté d’eux. A l’entraînement, Ewald se déchaîne avec les enfants, il a un contact physique rapproché, mais Seidl le montre comme un homme qui fait tout pour garder d’une manière ou d’une autre le contrôle de ses penchants interdits. S’il y a de la violence et des agressions dans «Sparta», elles ont lieu dans des familles brisées, avec des pères généralement violents et alcooliques. Et Ewald semble donner aux garçons ce qu’ils ne reçoivent pas à la maison : l’attention et les soins. En ce qui concerne les reproches sur les conditions de tournage des enfants acteurs en Roumanie, soulevés en premier lieu par der Spiegel, on ne peut que souscrire à ce que la direction du festival du film de San Sebastin a communiqué dans son communiqué il y a une semaine : La présomption d’innocence s’applique et jusqu’à présent, aucune accusation juridiquement contraignante n’a été portée contre Ulrich Seidl.

Conclusion : «Sparta» est un film extrême et émotionnellement bouleversant, mais il est aussi très tendre et calme. Il séduit – comme d’habitude chez Seidl – rien que par ses tableaux composés avec précision. Cela vaut également pour «Rimini». Mais pour les connaisseurs de Seidl, ce film n’offre pas grand-chose de nouveau, hormis le conflit père-fille. En comparaison directe, «Sparta» est donc le film le plus fort, il ne reste plus qu’à espérer qu’il trouve son public malgré le scandale.

Journaliste cinéma pour arttv: Geri Krebs

weniger lesen

Mehr Zurich Film Festival

Kulturnachrichten

CLICK Unser eMagazin